Pour échapper aux turbulences des surfaces et profiter d’une moindre résistance de l’air, les avions de ligne volent aux alentours de 10 000 mètres. A cette altitude, ils sont soumis à un autre phénomène météorologique : les vents à grande vitesse. Le commandant de bord doit tenir compte de ces courants rapides. S’ils sont avec lui, il peut gagner du temps et du carburant. La mer a une influence sur le climat qui se traduit par des conditions particulières pour le pilote. L’eau a une inertie thermique plus importante que l’air : elle se refroidit ou se réchauffe moins vite. Une grande étendue d’eau, comme un océan, joue un rôle de régulateur : elle limite le refroidissement de l’air en hiver et son réchauffement en été.

Producteur : curiosphere.tv / EFSC
Réalisateur : EFSC
Année : 2008